Archives des étiquettes | "Temps pour soi"

Tags: , ,

Prendre du temps pour soi


Prendre du temps pour soi, c’est ce que Relevailles Québec préconise depuis plus de 35 ans. À l’arrivée d’un enfant et à bien d’autres étapes de la vie, nous vivons du stress. Savons-nous tous ce qu’est le stress ?

Pour une grande majorité de gens, le stress vient premièrement de la pression du temps et en deuxième d’une surcharge de travail. De cette croyance populaire découle que les enfants ainsi que les adultes de plus de 65 ans ne devraient pas être stressés. Après tout, n’ont-ils pas tout le temps voulu et sont-ils surchargés de travail ? Mais est-ce vraiment le cas ?

Ce qui nous stresse est différent de ce qui stresse le voisin. Pourtant la recette du stress est universelle. Pour qu’une situation soit considérée stressante, il doit y avoir un ou plusieurs des éléments suivants qui la caractérisent.

En voici les ingrédients :

  • Contrôle faible (Vous sentez que vous n’avez aucun ou très peu de contrôle sur la situation).
  • Imprévisibilité (Quelque chose de complètement inattendu se produit ou encore, vous ne pouvez pas savoir à l’avance ce qui va se produire).
  • Nouveauté (Vous sentez que vous n’avez aucun ou très peu de contrôle sur la situation. Quelque chose de nouveau que vous n’avez jamais expérimenté se produit).
  • Égo menacé (Vos compétences et votre égo sont mis à l’épreuve. On doute de vos capacités).

C’est donc du C.I.N.É.

La perte du sens de Contrôle, l’Imprévisibilité, la Nouveauté, la menace à l’Égo, provoquent invariablement une réponse de stress et la sécrétion d’hormones de stress. Ces hormones sont sécrétées lors de situations stressantes peu importe l’âge, le statut matrimonial, l’ethnicité, le revenu ou le niveau d’éducation, car les caractéristiques d’une situation stressante demeurent les mêmes pour tout le monde.

Les ingrédients du stress sont additifs. Plus il y a d’éléments du C.I.N.É. qui caractérisent une situation, plus la situation est stressante. Plusieurs facteurs déterminent le fonctionnement de notre système de réponse au stress et la quantité d’hormones sécrétées. Ces facteurs sont la génétique, les expériences dans l’enfance, la personnalité, l’environnement et le niveau de santé.

Voici quelques modifications qui surviennent lors de la réponse au stress :

  • Le système cardiovasculaire pompe.
  • La respiration s’approfondit.
  • Les sens s’aiguisent pour nous garder alerte.
  • La digestion est interrompue.
  • La peau change.
  • Le système reproducteur s’arrête.

 

Toute cette nouvelle énergie doit être dépensée. Aujourd’hui, le plus souvent, nous relâchons cette énergie mobilisée sous forme de colère, une malencontreuse conséquence du stress.

Il existe deux sortes de stress qui ont différents effets sur le cerveau et le corps :

Stress aigu
Ce type de stress découle d’évènements ou de situations spécifiques pour lesquelles nous sentons que nous avons peu de contrôle et qui impliquent des éléments d’imprévisibilité et de nouveauté ou qui menacent notre égo. Le stress n’est pas nécessairement mauvais, puisqu’il stimule la sécrétion d’hormones qui nous aident à gérer la situation. Il fait partie de notre vie quotidienne et aide le système à demeurer efficace.

Stress chronique
Ce type de stress découle de l’exposition prolongée et répétée à des situations qui nous font sécréter les hormones du stress. Le stress chronique est mauvais pour la santé, il affaiblit. À la longue, il peut même mener à l’épuisement de l’organisme (maladie cardiaque, insomnie, dépression, épuisement (burnout)).


Comment peut-on déjouer le stress ?
 Éliminer le stress de nos vies : impossible.
 Apprendre à vivre avec le stress : possible.

 

Chacun gère son stress différemment. Certains s’isoleront, d’autres s’emporteront contre tout et contre tout le monde, alors que d’autres se porteront mieux. C’est pour cette raison qu’il n’y a pas de façon universelle de gérer son stress. Puisque nous sommes tous différents et stressés pour des raisons diverses, nous choisirons également des stratégies différentes. Le but premier d’une réponse au stress est de mobiliser l’énergie pour un éventuel combat ou une fuite. Le yoga et la méditation peuvent fonctionner pour certaines personnes, la visualisation de quelque chose de plaisant, une simple marche, tricoter, nager, courir… en fait prendre du temps pour soi.

 

Comme nous le disions le stress est présent dans la vie et peut être bénéfique. Cependant lorsqu’il devient chronique, il peut causer des dommages. Nouveaux parents, quand les pleurs de bébé n’en finissent plus, quand le panier de linge déborde, quand le comptoir de cuisine est plein, demandez-vous sur lequel des éléments du C.I.N.É. vous pouvez avoir du pouvoir et prenez du temps pour vous.

Article inspiré du site www.stresshumain.ca

Nous vous invitons également à lire « Par amour du stress » de Sonia Lupien, directrice du Centre d’études sur le stress humain de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine; un livre simple et pertinent.

 

Relevailles Québec propose de l'aide à domicile que ce soit en prénatal ou postnatal (418 688-3301 poste 2). Les groupes d'entraide Oasis, pour mamans souffrant de dépression postpartum, rassurent, offrent du soutien, permettent de rompre l'isolement et de côtoyer d'autres mères qui traversent les mêmes difficultés (418 688-3301 poste 3). Nos activités de spinning, d'art-détente et de massage pour bébé permettent également de rencontrer d'autres parents et selon le choix, en reprenant la forme, en ayant du temps pour créer ou pour apprendre.

Posté sous ActualitésCommentaires fermés sur Prendre du temps pour soi

Tags: , , ,

Prendre du temps pour soi


Prendre du temps pour soi, c’est ce que le Groupe Les Relevailles préconise depuis 30 ans. À l’arrivée d’un enfant et à bien d’autres étapes de la vie, nous vivons du stress. Savons-nous bien ce qu’est le stress ?

Pour la grande majorité des gens, le stress provient soit de la pression du temps, soit d’une surcharge de travail. Il découle de cette croyance que les enfants ainsi que les adultes de plus de 65 ans ne devraient pas être stressés. Après tout, n’ont-ils pas tout le temps voulu et sont-ils surchargés de travail ? Mais qu’en est-il exactement?

Ce qui nous stresse est différent de ce qui stresse le voisin. Pourtant la recette du stress est universelle. Pour qu’une situation soit considérée stressante, il doit y avoir un ou plusieurs des éléments suivants qui la caractérisent.

En voici les ingrédients :

  •        Contrôle faible (Vous sentez que vous n’avez aucun ou très peu de contrôle sur la situation).
  •        Imprévisibilité (Quelque chose de complètement inattendu se produit ou encore, vous ne pouvez pas savoir à l’avance ce qui va se produire).
  •        Nouveauté (Quelque chose de nouveau que vous n’avez jamais expérimenté se produit).
  •        Égo menacé (Vos compétences et votre égo sont mis à l’épreuve. On doute de vos capacités).

C’est donc du C.I.N.É.

La perte du sens de Contrôle, l’Imprévisibilité, la Nouveauté, la menace à l’Égo, provoquent invariablement une réponse de stress et la sécrétion d’hormones de stress. Ces hormones sont sécrétées peu importe l’âge, le statut matrimonial, l’ethnicité, le revenu ou le niveau d’éducation, car les caractéristiques d’une situation stressante demeurent les mêmes pour tout le monde.

Les ingrédients du stress s’additionnent. Plus il y a d’éléments du C.I.N.É. qui caractérisent une situation, plus la situation est stressante. Plusieurs facteurs déterminent le fonctionnement de notre système de réponse au stress et la quantité d’hormones sécrétées. Ces facteurs sont la génétique, les expériences dans l’enfance, la personnalité, l’environnement et le niveau de santé.

Voici quelques modifications qui surviennent lors d’une réponse à un stress :

  •        Le système cardiovasculaire pompe plus.
  •        La respiration s’approfondit.
  •        Les sens s’aiguisent pour nous garder alerte.
  •        La digestion est interrompue.
  •        La peau change (vaisseaux sanguins et glandes sudoripares).
  •        Le système reproducteur s’arrête (baisse de la production d’hormones).

Toute cette nouvelle énergie doit être dépensée. Aujourd’hui, le plus souvent, nous relâchons cette énergie mobilisée sous forme de colère, parfois une malencontreuse conséquence du stress.

Il existe deux sortes de stress qui ont différents effets sur le cerveau et le corps :

Stress aigu
Ce type de stress découle d’évènements ou de situations spécifiques pour lesquelles nous sentons que nous avons peu de contrôle et qui impliquent des éléments d’imprévisibilité et de nouveauté ou qui menacent notre égo. Le stress n’est pas nécessairement mauvais, puisqu’il stimule la sécrétion d’hormones qui nous aident à gérer la situation. Il fait partie de notre vie quotidienne et aide le système à demeurer efficace.

Stress chronique
Ce type de stress découle de l’exposition prolongée et répétée à des situations qui nous font sécréter les hormones du stress. Le stress chronique est mauvais pour la santé, il affaiblit. À la longue, il peut même mener à l’épuisement de l’organisme (maladie cardiaque, insomnie, dépression, épuisement (burnout)).

Comment peut-on déjouer le stress ?
 Éliminer le stress de nos vies : impossible.
 Apprendre à vivre avec le stress : possible.

Chacun gère son stress différemment. Certains s’isoleront, d’autres s’emporteront contre tout et tout le monde, alors que d’autres se porteront mieux. C’est pour cette raison qu’il n’y a pas de façon universelle de gérer son stress. Puisque nous sommes tous différents et stressés pour des raisons qui varient d’une personne à une autre, nous choisirons également des stratégies différentes. Le but premier d’une réponse au stress est de mobiliser l’énergie pour un éventuel combat ou une fuite. Le yoga et la méditation peuvent fonctionner pour certaines personnes, la visualisation de quelque chose de plaisant, une simple marche, tricoter, nager, courir… en fait, prendre du temps pour soi.

Comme nous le disions, le stress est présent dans la vie et peut être bénéfique. Cependant lorsqu’il devient chronique, il peut causer des dommages. Nouveaux parents, quand les pleurs de bébé n’en finissent plus, quand le panier de linge déborde, quand le comptoir de cuisine est rempli de vaisselle sale, demandez-vous sur lequel des éléments du C.I.N.É. vous pouvez reprendre du pouvoir et prenez du temps pour vous.

Article inspiré du site www.stresshumain.ca

Nous vous invitons également à lire « Par amour du stress » de Sonia Lupien, directrice du Centre d’études sur le stress humain de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine; un livre simple et pertinent.

Posté sous ActualitésCommentaires (241)

Restez connecté :


Pour nous joindre : 5485, boulevard de l'Ormière
Québec (Québec) G1P 1K6
Tél: 418-688-3301
Fax: 418-688-7666
Question? Commentaire? Écrivez-nous


Partenaires