Classé sous | Actualités

Oui ou non ?

Être parent n’est pas toujours un métier de tout repos particulièrement en matière de discipline. Effectivement, il peut être déchirant pour papa ou maman de voir son enfant pleurer ou ressentir une déception parce qu’on lui interdit quelque chose.

Mais les « spécialistes » de la petite enfance sont unanimes : il est indispensable de savoir dire « non » à l’enfant, tout simplement parce qu’il a besoin de limites pour se structurer et se sentir en sécurité. Ce serait même une preuve d’amour.

Anne Bacus (docteur en psychologie) dans « L’autorité, pourquoi, comment ? » l’explique : « Le « non »  est un petit mot puissant qui donne de bons résultats à deux conditions : qu’il ait vraiment du sens et qu’on n’en abuse pas … Votre « non » ne doit pas être élastique, ni contournable … Même s’il est empêché dans ce qu’il voulait faire, l’enfant sent qu’il est compris et estimé … À tout âge, il a besoin d’être rassuré sur le fait que si ses parents n’aiment pas l’acte, ils l’aiment lui » conclut Anne Bacus.

Savoir dire non à l’enfant, c’est aussi lui éviter, possiblement, des difficultés futures, car satisfaire tous ses désirs peut lui apprendre à vivre dans un monde illusoire où il croit qu’il peut tout faire et le rendre incapable de supporter les interdits et les frustrations de la vie en général.

En moyenne, dès l’âge de huit mois, l’enfant commence à comprendre les interdits. Il existe cependant un âge pour chaque interdit.

Lorsque le petit de deux ans touche à tout, grimpe partout et commence à entendre des « non » partout, il réalise le pouvoir qui est rattaché à ce mot et se met, lui aussi, à l’utiliser pour s’affirmer et s’opposer, ce qui est indispensable à son développement.

Voici quelques suggestions qui, pour certains parents, peuvent être aidantes :

Faire une petite liste de ce que vous voulez interdire, ainsi vous aurez le temps d’y réfléchir et d’en discuter avec votre conjoint, cela peut permettre de tempérer des principes et de trouver un juste milieu. Il y a des questions sur lesquelles il est nécessaire d’être cohérent voire inflexible pour certains parents (sécurité, politesse, respect, violence) et d’autres sujets sur lesquels vous pouvez avoir des opinions différentes selon les circonstances (comme l’heure du coucher en fonction du lendemain : garderie, école ou congé).

Certains auteurs suggèrent de diminuer les « non » en utilisant le « stop » à la place, et cela, à chaque fois que vous voulez qu’il cesse une activité non souhaitée.

Vous pouvez aussi éviter les questions fermées, comme par exemple, « Viens-tu t’habiller ? » et plutôt utiliser « Est-ce que tu mets ton chandail ou ton pantalon en premier ce matin ? »

À l’enfant qui demande un biscuit avant le souper, au lieu de dire « Non, on va souper » dites « Oui, dès que tu auras terminé le souper ».

Si vous vous « sentez à bout », isolez l’enfant dans une pièce, le temps de retrouver votre calme et de faire tomber la tension, avant de revenir vers lui pour parler de ce qui vient de se produire. Ensuite passez à autre chose.

Alors, en matière d’autorité aussi, faites-vous confiance. Parfois la tentation est grande de baisser les bras. Vous êtes fatigué ou pressé, vous n’avez pas envie de cris au milieu du magasin, ni de longues négociations…  Rappelez-vous que trop de « non » rend les interdictions inefficaces et sont épuisants pour le parent. Changer plusieurs « non » en « oui » peut faire une différence dans la vie de l’enfant. Il peut devenir plus collaborateur, dire « oui » plus souvent lui aussi. L’utilisation du « non » et du « oui » sert à renforcer de bons comportements et une discipline saine, pour le bonheur de toute la famille.

3 Réponses à “Oui ou non ?”

  1. Natasha dit :

    Très utile comme article ! merci !

  2. Mimi dit :

    Tellement difficile la discipline!

    Tellement plus difficile que ce à quoi je m’attendais!

    Le moins que l’on puisse dire c’est que mes garçons ont:

    1) du caractère;
    2) de l’imagination.

  3. Groupe Les Relevailles dit :

    Merci aux mamans de nous lire et de partager votre vécu.

Rétroliens


Écrire un commentaire

Restez connecté :


Pour nous joindre : 5485, boulevard de l'Ormière
Québec (Québec) G1P 1K6
Tél: 418-688-3301
Fax: 418-688-7666
Question? Commentaire? Écrivez-nous


Partenaires